Évènements du GCS

Sécurité numérique en santé : conflits entre pratiques et obligations

 

 

Principes de base sur les relations entre progrès et droit et sur les comportements des acteurs notamment l'hôpital

Pr François VIALLA

Professeur des Universités UMR de Montpellier et Directeur du Master Droit des établissements.

Le Pr François VIALLA, a introduit le thème de la rencontre en portant sur les "Principes de base sur les relations entre progrès et droit et sur les comportements des acteurs notamment l'hôpital".

Internet des objets et santé : opportunités et défis

M. Adel JOMNI

Enseignant-chercheur (Université de Montpellier), Expert auprès du Conseil de l’Europe, Membre de l’European Cybercrime Training and Education Group (EGTEG, Europol), Directeur diplôme d’université : Cybercriminalité : Droit, sécurité de l’information et Informatique légale et Co-directeur de la session Cybercriminalité et preuve numérique (ENM – Paris).

M. Adel JOMNI  a orienté son intervention sur l'"Internet des objets et santé : opportunités et défis".

L’Internet des Objets (IoT) est porteur de beaucoup de promesses. Son éventail d’applications est très large. Le secteur de la santé  est l’un des principaux bénéficiaires.

De simples gadgets comme les trackers et les wearables médicaux, les objets connectés se sont transformés progressivement en dispositifs connectés permettant  la prévention des maladies et une meilleure prise en charge  des personnes souffrant de maladies chroniques.

Bien que l’Internet des objets offre, désormais, une réelle opportunité médicale, une question évidente est évoquée dès qu’on parle d’objets connectés : la sécurité ?.

En effet, l’IoT permet au monde virtuel d’interagir avec le monde réel et cela peut engendrer d’énormes problèmes de sécurité. Les objets connectés véhiculent des données sensibles et deviennent par conséquent  très convoitées par certaines entreprises et également par les cybercriminels.

L’objectif de cette communication est d’aborder les opportunités offertes par l’Internet des objets et les défis que les industriels doivent relever afin de faciliter l’adoption, en toute sécurité,  de ces  objets  par les professionnels de santé et les citoyens.

Les nouvelles technologies : créations ou créatures ?

M. Guillaume VON DER WEID

Philosophe et Conférencier

Les nouvelles technologies sont un deuxième monde. Un monde virtuel où notre monde se double, se multiplie, communique, s'organise, crée, va plus loin que nous n'avons jamais été. C'est un outil presque magique dont la source remonte à la capacité technique du vivant. Il peut être intéressant, d'ailleurs, de remonter à ce qu'est la technique, et sa différence avec la technologie, pour comprendre ce que sont les nouvelles technologies.

Or ces nouvelles technologies, de même que la naissance de la parole, puis de l'écriture, puis de l'imprimerie, changent notre rapport au monde et aux autres. Elles ne font pas que l'améliorer ou l'accroître : elles changent sa nature même. Il s'agira donc de comprendre ce changement non plus quantitatif mais qualitatif. Elles sont une création d'un autre ordre. Lequel ?

Ces nouvelles technologies, en ouvrant un nouveau monde de possibles, crée en même temps un nouveau monde de calamités. C'est le problème de l'impunité, de l'addiction et de l'inconscience. Impunité d'un réseau où l'on est distant de ce que l'on fait, voire invisible de ceux qui le subissent ; le problème de l'addiction d'un usage difficilement contrôlable, et enfin celui d'une technologie qui, par sa complexité et sa puissance, nous soustrait les clés de sa compréhension et surtout de la maîtrise des conséquences de ce qu'elle nous permet de faire. La création échappe à son créateur et devient créature autonome.

La question est alors : comment faire pour que ces nouvelles technologies nous offrent plus de possibles qu'elles nous infligent de calamités ? On devra s'appuyer sur la loi, mais en même temps comprendre que la loi civile, parce qu'elle s'oppose au monde qu'elle veut changer (contrairement à la loi de nature, qui le décrit tel qu'il est), ne peut limiter ces nouveaux pouvoirs, et qu'il faut donc recourir à d'autres formes d'encadrement, mais surtout de débat, puisque ce qu'on cherche à encadrer, c'est précisément une relation totale aux autres, relation paradoxale qui est menacée par son omniprésence même.

Les responsabilités juridiques des acteurs de la e-santé

Morgan GRIT

Doctorante en Droit de la santé.

Morgan GRIT a présenté son expertise sur "Les responsabilités juridiques des acteurs de la e-santé"

Risques numériques et acteurs de santé

Ministère de l'Intérieur

Correspondant local